[Cet article reprend celui de mon autre blog : "Bombay : une "Maximum City" à visiter.]

             Ignorée, Bombay l'est. Ignorée des touristes, ignorée des Occidentaux en particulier. Pourtant, cette ville est la mégapole de l'Inde, le dynamisme même, Bollywood, et la plaque-tournante culturelle du pays. Mais peu de touristes vont en Inde du Sud, préférant l'Inde du Nord (qui feraient mieux d'ailleurs de commencer par le Sud plutôt que le Nord, mais bon, c'est un avis personnel...). En tout cas, on passe souvent très vite à Bombay, d'autant plus que la ville est décrite dans les guides comme une maelström tentaculaire, gigantesque, fou, embouteillé, sale, humide et j'en passe. Pas idiots : les auteurs veulent se garder Bombay pour eux tous seuls !
            Parce que Bombay ressemble à tout cela mais avec d'infinies nuances. Petit tableau pour se rendre compte des choses avec un point de comparaison : Paris a une superficie de 105 km², 750 km² avec la petite couronne (Val-de-Marne, Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis). Le Grand Bombay occupe lui 468 km² (attention, ce n'est pas la région métropolitaine, qui correspond alors à l'Ile-de-France). Pour 6 millions d'habitants d'un côté, 19 millions de l'autre (sans compter les populations flottantes). Une ville peu étendue donc, en regard du nombre d'habitants. Mais comme une grande partie de cette population vit dans les bidonvilles, c'est une ville qui ne s'est pas encore verticalisée, seules quelques tours de temps à autre structurent le panorama. Et les distances sont au bout du compte assez réduites ; le problème est en fait la circulation. Il n'existe pas réellement de métro, mais un train de banlieue très vétuste dont les images diffusées en ligne reflètent la réalité (personnes accrochées à l'extérieur de wagons bondés) ; les bus sont dans le même état, bloqués entre les voitures et les milliers de taxis qui klaxonnent à qui mieux mieux...

                   Mais parce que les rues de Bombay offrent tant de choses à voir, le trajet peut devenir très intéressant, coloré, triste parfois, drôle aussi, zoologique également avec les vaches qui circulent entre les véhicules ou les charrettes tirées par les buffles qui s'insèrent dans la circulation. Enfin, Bombay est une ville étonnante parce que très verte. Rare en Asie (je ne vois que Rangoon qui puisse lui arriver à la cheville en cette matière), les arbres, banians et palmiers, adoucissent le paysage et permettent de masquer en grande partie une pollution évidente, mais peu ressentie : on est bien loin des villes chinoises ou de Bangkok.

                 Trois grandes zones peuvent être distinguées : l'extrémité sud de la péninsule, avec les quartiers de Colaba, Cuffe Parade, Nariman Point, Churchgate et Fort. Ce sont les quartiers les plus anciens, à l'architecture héritée de la colonisation britannique et parcourus par les quelques touristes. Pour vous dire, en une journée vous croiserez, wouf !!!, au maximum dix Occidentaux et quatre Emirati... Les monuments y sont sublimes, un quelque chose de Rangoon en Birmanie, bâtiments coloniaux vétustes, rongés par l'humidité, avec des bow-windows en bois, des couleurs ternies mais encore décelables derrière les banians qui poussent sur les trottoirs. De petits bijoux se cachent au coin de rues délabrées et poussiéreuses, et il y a finalement une ambiance très sereine dans ces quartiers de Colaba et de Fort. Et l'apogée apparaît alors avec l'exceptionnelle gare de Victorial Terminus, autrement appelée VT ("viti") qui laisse pantois.

Gare_de_Bombay  Gare_de_Bombay_2

          Un peu plus loin, vous pourrez également admirer des bâtiments inattendus, l'Université et la Haute Cour de Bombay, à l'architecture néogothique, néovénitienne et néogermanique. Néo-tout donc. J'adore, surtout avec les palmiers !!!

Universit__Bombay  High_Court_Bombay

                     Enfin, la synagogue constitue un lieu à visiter absolument : située dans le quartier de Fort, sise sur une petite rue (où se situe le bureau de Tac) et au milieu d'un quartier populaire extrêmement agréable pour se promener, regarder les étals et les petites boutiques de paneer, le ton bleu pastel qui recouvre ses murs attire immédiatement l'oeil, intrigue et pousse à monter les marches vers la synagogue proprement dite. Calme, sérénité : un lieu rare...

Synagogue_Bombay

Synagogue_de_Bombay_2

                      Le milieu de la péninsule est constituée à l'ouest de la très chic Malabar Hill, avec ses jardins suspendus et ses Tours du Silence (il faut absolument que je vous en parle), de Kemp's Corner, de Breach Candy le quartier des expatriés (Français notamment) qui ressemble très fortement à la colline de Cimiez à Nice (petites rues et grandes avenues, arbres, immeubles aux couleurs crème et jaune, un côté chic...), et à l'est, du quartier musulman très vétuste mais qui cache de sublimes bâtiments d'un autre âge... Il y a relativement peu de bâtiments religieux dans Bombay, quand on compare cette ville à celles du Tamil Nadu, mais c'est dans cette partie de la péninsule que l'on trouve un grand nombre de belles mosquées, assez anciennes et originales, à l'Est ainsi que le grand temple de Mahalakshmi et la mosquée Hadji Ali au Nord, sorte de Mont Saint-Michel local : une digue conduit à la mosquée, conduite sur une petîte île dans la baie.

                        Enfin, l'agglomération s'étend vers le nord, depuis Mahalakshmi, Worli, Parel jusqu'à Bandra, Andheri et autres Mulund situés beaucoup plus loin au nord et à l'est, quartiers périphériques où habitent nombre d'expatriés et la classe moyenne riche indienne, sur les vestiges des bidonvilles progressivement rasés pour construire quelques (encore rares) tours et immeubles plus chics. Nous n'avons pas encore eu le temps de vraiment explorer ces quartiers, mais je vous en dirai plus dès que je les aurais parcourus.

                         Billet suivant : où Tac et la Moufette vont-ils s'installer... peut-être... potentiellement... c'est pas sûr... à voir...